Retour en force de Drøm-Ørigin

Retour en force de Drøm-Ørigin

Après une absence durement ressentie par de tous les fêtards Parisiens, Drøm revient en force le 10 novembre avec un évènement qu'ils ont préparé avec hargne et détermination.

Fluctuat nec mergitur à traduire par "il est battu par les flots mais ne sombre pas". Pourquoi avoir choisi cette devise ?

Parce que c’est la devise de Paris mais surtout parce qu’elle illustre les difficultés que nous avons rencontré depuis deux ans, et la volonté que nous avons mis à ne pas sombrer !

Après 9 mois d'absence, vous aviez décidé de mettre en place un festival de 18 heures. Or celui-ci s'est vu annulé du jour au lendemain. Comment avez-vous vécu cette décision de la préfecture de police ?

Tout le monde a pu voir l’ampleur du désastre, au delà des pertes financières abyssales, c’est un rêve pour lequel nous avions travaillé tellement dur qui s’est écroulé en quelques heures. Nos communiqués étaient vrais et sincères et les réactions du public nous ont reboosté en 24h. On a accusé le coup, et on est reparti au travail. Parce que cette interdépendance entre orga et public a pris tout son sens dans ces jours pénibles. Et on remercie encore tout le monde pour ces centaines de manifestations de soutiens.

on veut se faire plaisir et en donner beaucoup !

On sait qu'aux origines de DRØM, un certain conflit a eu lieu au sein de l'équipe, puisque certains ont souhaité s'emparer de la marque à vos dépends. Cette histoire est-elle finie ?

On s’est battu pour récupérer notre bébé, après on estime que chacun peut porter ses projets, l’essentiel est de bien le faire et durer. Nous avons été plus concentré donc sur notre projet que sur ceux des autres, les guerres inutiles ne sont pas notre problème. Nous l’avons d’ailleurs prouvé !

Des changements à noter pour ce prochain événement ?

C’est la petite sœur du festival, avec une partie des artistes, il y en aura une autre avec l’autre partie des internationaux. Le lieu change, mais notre état d’esprit reste le même, on veut se faire plaisir et en donner beaucoup !

Vous parliez de réinvestir l'argent des billets de ceux qui le souhaitent pour pouvoir vous soutenir. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Aujourd’hui, nous offrons 200 places à ceux qui étaient en possession de billets pour le festival et qui souhaitent l’échanger. On fera de même sur la prochaine, et on remboursera ceux qui ne souhaitent pas d’échange (on a d’ailleurs déjà commencé).

À quel rythme pensez-vous produire des événements si le 11 novembre tout va pour le mieux ?

Prochaine teuf en janvier à priori. Ça dépendra aussi des disponibilités des artistes internationaux.

Que pensez-vous de la scène "warehouse" qui se profile à Paris ? Qu'apportez vous à cette scène de différent ?

Il n’y a pas une vérité, les phénomènes de mode vont et viennent, l’esprit warehouse c’est cool, mais rester bloquer sur un axe, sur une étiquette, c’est pas notre truc. Pour l’instant, nous devons d’abord consolider notre situation et ne pas se mettre dans des risques potentiels. Mais nos recherches de lieux sont permanentes.

les réactions du public nous ont reboosté en 24h

Que peut-on vous souhaiter pour votre retour sur la scène ?

Qu’on ne nous mette plus de bâtons dans les roues !

Selon vous, quelle est la bringue idéale ?

Des sourires, du son qui claque, et tout qui roule !

On est en pleine campagne de financement participatif ! Soutiens nous et chope tes fringues La Bringue X Le Camion Bazar X Newtrack X Fée Croquer by NIQUE ici   

Des places à gagner en cliquant tout gentiment :) Et voici un avant-goût de ce qui vous attend ce mercredi ! :


Bringue à venir Prisme x Gather #003 au Café Galerie

Bringue à venir Prisme x Gather #003 au Café Galerie

BLOCAUS, retour aux sources le 4 novembre...

BLOCAUS, retour aux sources le 4 novembre...

0