[REPORT] Les 15 ans déjantés des Authentiks

[REPORT] Les 15 ans déjantés des Authentiks

Après avoir reçu Damso et Kalash la veille, le théâtre antique de Vienne s’est de nouveau rempli pour le festival Les Authentiks. Avec un line-up aux univers musicaux très variés, c’est plus de cinq heures de concerts qui se sont enchainées, pour notre plus grand bonheur. On vous emmène avec nous pour revivre cette soirée pas comme les autres…

 

Wailing Trees a ouvert le bal en douceur avec du reggae aux accents soul et dub. Ce groupe de sept musiciens jouaient à la maison, puisqu’ils sont originaires de Vienne. Une bonne entrée en matière, remplie d’énergie, pour accueillir un public qui grandit rapidement. 

 
 

C’est ensuite à Patrice de prendre place sur scène. Celui qui décrit sa musique comme du « Sweggae » a pris autant de plaisir qu’il en a donné au public. Originaire d’Allemagne, il a réussi à amener le public avec lui pour reprendre des morceaux qui vous disent forcément quelque chose. Accompagné de quatre musiciens et d’une choriste, il a fait résonné sa voix au timbre si particulier dans un théâtre antique conquit. Pour finir sur une bonne note, il a repris son tube intemporel Soulstorm pour quelques minutes de douceur. 

 
 

Après avoir débuté sur une ambiance reggae, c’est au tour du hip-hop des Svinkels de prendre le relai. Le groupe de Gérard Baste, Nikus Potus et Mr Xavier nous a ramené directement à la fin des années 90 avec leur son old school. Un gros shout out à DJ Pone qui nous a gratifié d’une leçon de mix de (seulement) quelques minutes.

 
 

Avec une grosse énergie et un public conquis, les Svinkels ont réussi à nous chauffer pour le reste de la soirée. On se souviendra de la chaussure perdue sur scène à tout jamais par un pauvre festivalier, qui attend probablement toujours que Gérard Baste lui rende. 

 
 

La transition était toute trouvée pour la venue de Vald sur la scène du théâtre antique avec l’extrait de Gizeh : « j’rap comme les Beatles ou les Svinkels ». Il est toujours accompagné de son fidèle ami Suik’on Blaz AD, qui a d’ailleurs annoncé qu’un projet solo verrait le jour avant la fin de l’année. Pour ce qui est du concert, on comprend mieux pourquoi le rappeur d’Aulnay était programmé dans les plus gros festivals estivaux. Une grosse heure de turn up sans interruption, une foule qui s’est crue au Hellfest, avec une aisance et une complicité remarquable entre Vald et son backeur… Tellement à l’aise qu’il se permet même de laisser régulièrement le public reprendre ses sons et de se limiter aux backs ! Bref, Vald est venu pour faire la fête, et il a tout retourné. 

 
 

Juste avant de se dire au revoir, il fallait absolument découvrir (ou redécouvrir) des artistes qui sont certainement les OVNI de cette progra très diversifiée : Salut c’est cool. Ce groupe de quatre parisiens qui flirtent entre le génie et la folie a fait bouger les plus courageux pour un moment hors du temps.

 

C’est donc accompagnés de nombreuses branches d’arbres ( et pourquoi pas ? ) qu’ils rentrent sur scène pour une techno particulièrement envoutante. Une vraie communion entre Salut c’est cool et son public, ce qui donne un show complètement dingue. On saute, on transpire, mais on rigole aussi, beaucoup. Rien de mieux pour clôturer cette longue soirée qui nous laisse encore rêveurs.

 
 

Et voilà, c’est déjà fini. Pour sa quinzième année, le festival Les Authentiks est parvenu à ameuter un large public pour une soirée au programme hétéroclite. Du reggae à la techno, tout le monde a pu profiter de ce plateau d’artistes pendant de nombreuses heures dans le théâtre antique de Vienne.  On remercie l’organisation du festival pour son accueil, ainsi que Charlotte Lagneau pour les visuels, et on se donne rendez-vous l’année prochaine pour une soirée encore plus folle !


DUO Festival 2018, une programmation 100% b2b à La Plage du Glazart

DUO Festival 2018, une programmation 100% b2b à La Plage du Glazart

0