[REPORT]  Le festival Marsatac a soufflé sa 20ème bougie

[REPORT] Le festival Marsatac a soufflé sa 20ème bougie

Le week-end dernier, notre rendez-vous annuel marseillais, le festival Marsatac, était de retour. Cette édition avait un goût particulier puisque le festival fêtait son 20ème anniversaire. Après 20 années d’existence le festival a su se renouveler, tout en prenant de l'ampleur, puisqu’après avoir débuté dans des espaces tels que le J4 ou encore le Dock des Suds, c’est aujourd’hui au superbe espace Chanot qu’ils ont l’honneur de nous accueillir. Avec les loges artistes dans le stade vélodrome, rien que ça. Ce fut un sans faute pour Marsatac, de la programmation, au fil conducteur du thème de la plage jusqu’à l’aménagement de l’espace Chanot.

 
 © Tigrane Dirad

© Tigrane Dirad

 

Si le hip-hop primait à la naissance du festival, aujourd’hui la musique électronique et hip-hop sont mis en avant de manière similaire. Pas moins de 31 artistes ont foulé les 3 scènes du festival, de quoi ravir les 35 000 festivaliers. Roméo Elvis & Lomepal ont lancé les hostilités sur une impressionnante scène extérieure, on était bien loin de l’étouffement en comparaison au concert de la FF à l’édition précédente du festival.

 

©Yoan Hautbois

 

Le gros évènement du week-end fut le groupe mythique IAM qui se produisait dans sa ville pour les 20 ans du grand classique de rap français « L’école du Micro D’Argent ». Les rappeurs se sont accompagnés de 3 DJ, avec une scénographie très old school, pour un show qui ne semble pas avoir pris une ride. C’est un moment qui a rassemblé toutes les générations, aussi bien « l’ancienne » venue pleine de nostalgie revivre sa jeunesse, que la « nouvelle » qui a eu l’occasion de voir les papas du rap français à l’oeuvre. Magique. 

 

© Yoan Hautbois

 

Petit Biscuit a ensuite pris le relai sur la grande scène extérieure, et il m’a étonnamment bluffé. Il a parfaitement réussi le pari de mixer sur le même set aussi bien de l’EDM, de la deep, que de la techno à tendance Trap. A mon sens, il pourrait composer un featuring des plus osés avec un rappeur, à bon entendeur … 

 

© Yoan Hautbois

 

Pendant que les têtes d’affiche occupaient l’espace extérieur, de plus petits artistes pas moins talentueux foulaient les scènes du Grand Palais et du Palais Phocéen, notamment Lord Esperanza, Chloé et Biffty accompagné de Dj Weedim.

 

© Yoan Hautbois

 

La soirée continuait avec Amélie Lens, Myth Syzer ou encore Boris Brejcha, qui nous ont fais dansé jusqu’à 3h et demi du matin.

 

© Yoan Hautbois

 

Le samedi, après quelques mois d’absence, Nekfeu est remonté sur scène, avec son même album « Cyborg ». Il faut noter que le projet est sorti début décembre 2016 tout de même, et pourtant la foule était toujours autant ravi d’assister à un concert du Fenek !

 
 © Florian Gallène

© Florian Gallène

 

Je suis également allée faire un tour au show de Moha La Squale, la révélation rap français de la deuxième moitié de 2017. Tout le monde mise sur lui pour 2018, et il est vrai que le rappeur a un potentiel tant il a une prestance sur scène. Il est reconnaissable parmi cette abondance de rappeurs, « Carré » comme il dirait. On lui laisse encore un peu de temps pour améliorer son show, car, il faut le rappeler, sa carrière a connu une ascension particulièrement fulgurante qui ne lui a pas laissé le temps de perfectionner son travail.

 
 © Florian Gallène

© Florian Gallène

 

L’un des pères de la techno Berlinoise était de la partie le deuxième soir, vous l’aurez deviné c'est de Paul Karkbrenner dont je vous parle. Sa scénographie était envoutante, composée d’un live retransmis sur grands écrans avec des effets parfaitement orchestrés au millimètre prêt, je porte mon chapeau bas à l’artiste et à toute son équipe. 

 
 © Florian Gallène

© Florian Gallène

 

Hungry 5, Bicep ou encore Ben Ufo ont ensuite pris le relai pour faire vibrer notre samedi soir. La petite déception fut Nina Kraviz qui assurait la closing, prestation très peu convaincante alors que la DJ était très attendue. 

 
 ©Frame Pictures 

©Frame Pictures 

 

Le bonus de cette 20ème édition était l’après-midi chill à la plage du Roucas, avec un line up à la hauteur : Ellen Allien, Jennifer Cardini, Or:la et Rorre Ecco. Vous pouviez pas espérer mieux pour clôturer le week-end. 

 

© Gabriel Popoff

 

Le festival a déjà annoncé les dates de la 21ème édition, qui se déroulera du 14 au 16 juin 2019. Le rendez-vous est pris pour ma part.

 
 © Yoan Hautbois

© Yoan Hautbois


[REPORT/PHOTOS] CunninLynguists de passage à Paris

[REPORT/PHOTOS] CunninLynguists de passage à Paris

L'Embuscade met sa première bougie sur le gâteau

L'Embuscade met sa première bougie sur le gâteau

0