REPORT : Un record d'affluence pour la 22ème édition de l'ADE

REPORT : Un record d'affluence pour la 22ème édition de l'ADE

On vous l’annonçait il y a quelques semaines, l’ADE (Amsterdam Dance Event) a eu lieu du 18 au 22 Octobre. En quelques chiffres, cette 22ème édition a attiré 395 000 visiteurs venus de plus de 90 pays à travers le monde et 2 000 artistes sur plus de 400 événements. Retour sur les points marquants de l'événement : 

 

L’atmosphère dégagée

Pendant l’ADE, tout Amsterdam vibre au son des musiques électroniques. Le fameux petit cube jaune nous a ainsi suivi un peu partout dans la ville, comme pour nous rappeler à chaque moment ce pourquoi nous étions là... L’atmosphère y est unique, on ressent vraiment le sentiment d’appartenir à une communauté, et ce du moment où on est arrivés dans la ville et jusqu’à notre départ. Pas franchement le genre de choses que l’on peut voir à n’importe quel événement musical partout ailleurs ! Même en dehors du centre-ville, les couleurs de l’événement sont à l'honneur sur certains lieux, et notamment les hôtels. 

 © Dom Toms

© Dom Toms

La programmation musicale

Avec le nombre insensé d’événements proposés et d’artistes annoncés, la programmation est bien sûr un point fort de cet événement. La première soirée a commencé pour nous avec la très attendue soirée Reaktor, au Warehouse Elementenstraat, souvent utilisé pour ce genre d’événements et notamment les soirées Reaktor. Ces dernières donnent toujours l’eau à la bouche, et notamment avec leurs line-up Techno de haute voltige. C’est bien pour cela qu’on avait décidé de débuter notre première nuit là bas, avec en tête l’envie de voir Karenn, Helena Hauff et DVS1. Il faut dire que les artistes ont donné du coeur à l’ouvrage, avec de la puissance et des sonorités aigus là ou on les attendait. Petit bémol, le manque d’espace pour danser qu’on peut malheureusement souvent reprocher à ces organisateurs. Ce problème a d’ailleurs été retrouvé sur plusieurs soirées durant l’ADE. Avec un nombre important de pass all night vendus et de pass accréditations, difficile de prévoir le nombre de personnes qui seront présents et vendre les places en conséquence. Pouvoir danser avec un peu d'espace, dans une bonne ambiance et sans queues à rallonge pour obtenir des consommations à prix raisonnables (coucou les tokens) sont aujourd’hui des ingrédients au moins aussi importants que les artistes programmés. 

Nous avons aussi eu la chance de voir la puissance du très grand KiNK lors d’un enregistrement Live sur des machines de la marque Pioneer qu’il découvrait à peine sous nos yeux. Le début a connu quelques petits soucis (techniques et dus à la méconnaissance des machines, normal) mais il a su rapidement prendre la maitrise des outils et nous offrir une belle prestation éclectique. 

 KiNK © Bastien Litzler

KiNK © Bastien Litzler

Amoureux de techno aux sonorités industrielles, on s’est rendus à la soirée Intercell x Perc Trax située au H7 Warehouse. Randomer et Ansome ont su doucement (si on peut utiliser ce terme pour le son envoyé) faire monter la pression pour un closing démentiel de Perc (vidéo ci-dessous à l'appui). Petit bonus aux visuels, dérangeants et phasants comme on les aime sur ce genre de musique et petit clin d’oeil à tous les ballons d’hélium présents dans la foule (comme à beaucoup d’événements à Amsterdam). Pour le lieu, warehouse donc mais à taille humaine, avec une petite mezzanine pour pouvoir apprécier la vue d’en haut.  

Pour changer un peu d’atmosphère, la dernière soirée a été aux côtés, notamment, du grand Seth Troxler pour la soirée Circoloco x Loveland au Mediahaven. Le DJ américain nous a enchaîné des pépites comme il sait si bien les servir. Ambiance pour le moins différente de la soirée Intercell, le côté Ibiza n’est jamais très loin de Seth. C’était donc une soirée dans une très grosse salle, avec beaucoup de lights rouges et grosses fumées.  

 © Circoloco

© Circoloco

L’apprentissage

L’ADE a d’original le fait de pouvoir danser mais aussi pour le côté professionnel. Les conférences avaient en effet de quoi nous donner envie d’être sérieux, mais les soirées et la pluie ont souvent eu raison de nous. On a tout de même appris des choses sur le marché de la billetterie et notamment dans l’univers musical mais aussi une présentation de la marque de vodka Absolut et son rôle dans les musiques électroniques. Cette dernière a lancé une campagne appelée #ThisIsOurHouse, pour communiquer sur l’ouverture d’esprit et pour rappeler que la piste de danse appartient à tous, le tout avec un air connu de tous les amateurs de House. On vous laisse découvrir ça avec un extrait : 

Des salles étaient aussi remplies de machines pour pouvoir les tester par soi-même, le tout aidé par les représentants des marques pour nous épauler. 

 © Bastien Litzler

© Bastien Litzler

 © Bastien Litzler

© Bastien Litzler

 

À l'année prochaine !


Micro, le top des lieux

Micro, le top des lieux

INTERVIEW : dans les coulisses du collectif Oma

INTERVIEW : dans les coulisses du collectif Oma

0