Parikiki + La Quarantaine + Gazette + Poincare = La fête

Parikiki + La Quarantaine + Gazette + Poincare = La fête

Je vous en parlais la semaine dernière, une petite bringue me chatouillait la rétine dans mon fil d'actualité. Un délire ou s’entremêlaient techno et micro, le tout dans un grand entrepôt au nord de Paris. Il ne fut donc pas difficile de rassembler quelques potes prêt(e)s à en découdre et c'est après un before bien plaisant je me retrouve dans un heetch direction → la fête.

Le premier truc qui saute aux yeux est le lieu. Quelle folie ! situé dans ce qui semble être une zone industrielle, on traverse une cour pour ensuite rentrer par une porte dérobée sur le côté (Parait il que des chanceux ont déjà eu l'occasion tester l'endroit lors de la soirée "Ghost Club" il y à deux/trois semaines). À l'étage supérieur c'est Poincare qui met l'ambiance mais je décide de garder ça pour plus tard et me dirige sans tarder sur la scène principale ou Primărie commence tout juste son set.

La soirée est belle et bien lancée, tout le monde s'en donne a cœur joie au rythme des pulsations balancées par le roumain. ça bouge en rythme et on retrouve cette ambiance bizarre et friendly, caractéristique de minimale roumaine. Le boss de Tzinah fait monter l'ambiance progressivement en préférant des longs blends entre les tracks qui deviennent au fur et à mesure un mix unifié de percussions et basslines bondissantes. Niveau soundsystem, y'a rien à dire le tout est géré par Fonktion et on est pas en reste.

Il maintenant temps pour moi d'aller faire un tour à l'étage. Petit à petit les rythmes saccadés de de la main room s'effacent pour laisser place à un kick beaucoup plus brut et granuleux. Quand j'arrive dans le salle je suis bouche bée : l'installation de la scène tombe sous le sens. disposé a l'extrémité d'une sorte de "grand couloir", la seule source de lumière provient des installations visuelles fournies par OYÉ, ce qui donnent un côté intimiste et phasant. Ça balance sec et on se laisse aller sur la performance de Mediane qui pose son univers avec ses textures étranges et résonantes.   

C'est en retournant sur la main room que je croise Alex un des créateur de la quarantaine qui prend quelques minutes pour me parler de la soirée.

La Bringue : Comment est venu l'idée d'une collaboration entre tout ces collectifs ?

Alex : On connaissait bien Abé et Kenza du collectif Berlinpinpin, Nous nous étions déjà rencontré grâce au travail, mais aussi à l'occasion de fêtes sur Berlin et au festival "château perché".  Un jour lors d'un rendez vous professionnel, nous avons eu une grosse discussion sur la musique et les soirées. Nous nous sommes rendu compte que nous partagions clairement la même vision de la fête ! A la fin du rendez-vous Abé nous a lancé « Venez les gars on fait une teuf ensemble !". A 22 ans c’est une proposition qui ne se refuse pas. Le lendemain on travaillait sur notre identité visuelle pour ensuite organiser notre première soirée qui a duré 34h ! Nous avons ensuite rencontré Ralph, fondateur du collectif Parallèle et co-fondateur de Parikiki. Ce mec nous a aussi beaucoup aidé grâce à son expérience et son investissement. Cimer frère si tu tombes sur cet article !

La Bringue : Pourquoi la quarantaine ?

Nous avons choisit le nom La Quarantaine car cela représente bien l’idée d’immersion que l’on voulait apporter à nos évènements, un micro cosmos coupé du monde où les participants peuvent se rencontrer et non pas seulement danser téléphone à la main. Nous voulions qu’ils repartent de notre évènement et qu'il ressentent cette sensation étrange d’avoir été coupé de la réalité pendant plusieurs heures. Le fait de dire « j’ai passé le weekend en Quarantaine !» nous a fait marrer, on a donc opté pour ce nom. ça correspondait parfaitement au côté underground que nous voulions donner à notre collectif et à nos évènements.

En tout cas c'est réussi ! De mon côté, les premières lumières du jour apparaissent. Je me rend compte qu'il y a une verrière au dessus de la salle principale. Tout doucement, il commence a s'installer une vraie ambiance d'afterhours.

 Primărie - Dannilov - Saboar

 Primărie - Dannilov - Saboar

Que dire? Le closing était magnifique. Saboar et Dannilov aux manettes je suis comme hypnotisé par la musique face à deux djs qui ont l'air de prendre autant de plaisir que moi. Sublime. Autour de moi c'est aussi la bonne ambiance, ça danse naturellement et il ne reste que les plus courageux.

Toutefois toute les bonnes choses ont une fin et je me décide enfin à rentrer. Sur le chemin du retour, je me fait la réflexion qui ça fait vraiment plaisir d'avoir des fêtes comme ça, ou la musique et la bonne ambiance sont les maitres mots. Pas de chichi ni de "m'as tu vu", je fonce dans la prochaine tête baissé, bien joué l'équipe.


J'ai discuté vinyl, memes, teuf, actus et weed avec l'organisateur de la Starter Pack et du Vinyl Village

J'ai discuté vinyl, memes, teuf, actus et weed avec l'organisateur de la Starter Pack et du Vinyl Village

Hommage au Paradise Garage, à la folie !

Hommage au Paradise Garage, à la folie !

0