La Chamaille : un collectif qui veut vous faire sourire

La Chamaille : un collectif qui veut vous faire sourire

Ce tout jeune collectif, qui a fait ses premiers pas au Panic Room, prône des valeurs que l'on peut croire perdues dans le milieu de la musique électronique : second degré, sourire et "anti-divaisme"... Ils ont accepté de répondre à nos questions et de nous parler un peu plus de leur projet en devenir. 

Bonjour la chamaille! 

Pour commencer, qu'est-ce que La Chamaille ?

La Chamaille, c’est un procédé vivifiant et 100% OGM visant à édulcorer les graines de sésame dans les cocktails, tout simplement.

Quelles sont vos principales valeurs ?

Nos valeurs ? Présenter la Techno autrement, c’est-à-dire en couleurs, avec humour, et en prônant l’anti-divaïsme. Nous voulons booker des DJ qui viendront avant tout par passion, pour le plaisir de jouer et de partager, même s’ils possèdent une reconnaissance internationale. Organiser une teuf où tu payes des DJ qui viennent juste pour leur set et qui se cassent juste après, c’est sympa mais c’est pas trop ce qu’on recherche.

Quelles sont les particularités de vos événements ? 

Au-delà du second degré qui nous est cher, l’un des fils rouges de nos événements sera de présenter des B2B inédits ou quasi-inédits sur la capitale.

 

On sait où on veut aller, et où on ne veut pas mettre les pieds

Qui se cache derrière le projet ?

Derrière le projet - et il s’agit bien là d’un projet en devenir - on est quatre bons potes (à la fois DJ et organisateurs) issus de collectifs parisiens différents, mais tous passionnés par les chamailleries et la Techno : Boskøw d’OCTOV et du Sous-Sol, Caliko de Bass y Bouzouk, Gerhardvile d’OCTOV et d’AFLM, et Victor Deweerdt d’OCTOV. Cela nous permet de bénéficier déjà d’une belle expérience et d’un bon réseau sur Paris et même sur Lyon. Du coup on sait où on veut aller, et où on ne veut pas mettre les pieds.

Vous venez d'annoncer la "Mise à jour" de La Chamaille le 15 août prochain au Grand Rivage, qu'entendez-vous par là ?

Le concept de Chamaille est parti de rien il y a un peu plus d’un an au Panic Room : des B2B sans prétention entre potes en afterwork, histoire de se faire plaisir. Et ça a bien fonctionné ; on a réuni tout un tas de DJ parisiens lors des Chamailles de l’année dernière. Le concept a toujours été bien accueilli par les artistes et le public ! On a donc voulu aller plus loin en créant un collectif et une soirée de lancement. D’où cette « Mise à Jour ». C’est également un clin d’œil au créneau « jour » sur lequel cette Chamaille aura lieu ; on ne l’avait encore jamais fait.

Et d'ailleurs, parlez-nous un peu plus de cet événement, de ses enjeux ?

Eh bien c’est clairement la soirée de lancement du collectif ! Pour bien marquer le coup on fait un événement long de 14h, dans un lieu qui vient de rouvrir sur les quais de Seine, propice à la chamaillerie, et où on invite un grand nombre de DJ proches du collectif. Ils joueront tous en B2B pour la première fois d’ailleurs ! On veut que ce soit le bordel derrière les platines, sur le dancefloor, derrière le bar et même dans les chiottes ! L’enjeu, c’est un décollage réussi avant de passer aux choses (pas du tout) sérieuses !

 

Cet événement sera sur un format de midi à 2h du matin, pourquoi ce choix ?

En août, un jour férié, c’est l’idéal ! Tu profites entièrement de la journée sans trop te dégommer pour le lendemain. Parallèlement, cela nous permet d’inviter des exposants qui ajouteront une belle note artistique à l’événement. Et puis, en 14h, ça laisse le temps à une identité forte de se mettre en place !

Avant le Grand Rivage le 15, puis le Badaboum le 19 août, vous avez notamment investi des lieux tel que le Panic Room. Avec quels autres clubs aimeriez-vous collaborer ?

On est complètement ouvert. Disons que ce n’est pas le lieu qui définit nos soirées, mais plutôt l’état d’esprit qu’on va y instaurer et le(s) B2B qu’on va y inviter. On continuera de faire quelques soirées au Panic Room de temps en temps bien sûr, car c’est le bercail, mais on souhaite aussi proposer des événements variés avec pourquoi pas des collab’ ingénieuses. C’est toujours un plaisir de se chamailler avec d’autres collectifs quand on organise un événement !

Quels sont, de manière générale, vos ambitions pour la suite de l'aventure ?

Au-delà du simple fait d’organiser divers événements, on veut vraiment insuffler une nouvelle manière de vivre la Techno. On est assez d’accord pour dire qu’à Paris, ça se la pète pas mal quand même… On a parfois l’impression que les gens sortent pour se regarder danser eux-mêmes et on pense que c’est notamment dû à la manière dont est véhiculée la Techno aujourd’hui… Tous ces DJ qui postent des selfies dans une piscine huit fois par mois… Certains artistes se mettent plus en valeur eux-mêmes que leur propre art, et ça se répercute sur la jeunesse d’aujourd’hui qui constitue une grande partie du public. On veut revenir aux fondamentaux : de la bonne musique transmise par des DJ humbles et talentueux, avec des gens qui n’ont pas d’à-priori et qui peuvent dire ce qu’ils veulent à qui ils veulent quand ils veulent.

 

Comment procédez-vous pour la mise en place de votre line-up ? Que recherchez-vous prioritairement chez les artistes ?

Je dirais que nos line-up sont déterminés par trois grands axes :

  • Des artistes qui acceptent les B2B
  • Pas de divas
  • De la musique « pointue » : on essaye de favoriser la découverte de nouvelles orientations plutôt que des artistes qui surfent sur la vague. 

Vous semblez mettre beaucoup l'accent sur l'humour et la bonne humeur (ce qui fait du bien), est-ce votre leitmotiv ?

Clairement oui ! Il y a trop de sérieux dans la Techno aujourd’hui. On a l’impression que si tu souris, tu n'es pas underground alors que la Techno est devenue un des styles les plus écoutés sur la planète ces dernières années ! Il faut l’accepter et ne regarder que l’avenir… Enfin tout ça pour dire que même si c’est une musique généralement violente et assez sombre, son but premier reste de pousser les gens à se rassembler pour faire la fête ensemble ! L’humour est un moyen de le rappeler.

Pourquoi "La Chamaille" d'ailleurs ? 

Second degré et VS derrière les platines, le nom choisi se prête plutôt bien à notre concept.

Pouvez-vous nous raconter un de vos meilleurs souvenirs avec La Chamaille ou une anecdote ? 

Notre première « réunion officielle » le mois dernier, où l’on a décidé de passer à la vitesse supérieure et de lancer le collectif. Tout était très constructif et plutôt sérieux, on avançait bien. Mais on avait faim, et il fallait attendre que le cuistot revienne pour commander à manger, c’était interminable... Résultat : des shooters au tabasco ont fait basculer la soirée, on est rentré avec trois grammes dans le sang et des idées floues plein le cerveau. L’esprit Chamaille en bref.

Et enfin, quel est selon vous la recette pour une bringue idéale ?

Un B2B Philippe Risoli VS Patrice Laffont, ou encore Benny Benassi VS Daddy DJ, peu importe où. Oh le kiff !

 

 


Club Limo : La sélec' du mois d'août

Club Limo : La sélec' du mois d'août

DGTL : Lancement des festivités à la fin de la semaine !

DGTL : Lancement des festivités à la fin de la semaine !

0