Daydream, nouveau label House à suivre

Daydream, nouveau label House à suivre

Dans l’effervescence actuelle de la scène House en France, de nombreux labels fort prometteurs font leur apparition. Le dernier en date est Daydream, dont le 1er EP sortira en février, et on peut d’ores et déjà vous dire qu’il va marquer les esprits.

Cette release commence fort avec "Be Forgotten" du Français MJOG : les nappes subaquatiques nous plongent dans une douce rêverie, et résonnent en échos enchanteurs portés par le rythme puissant. Le reste de l’EP est plus dark tout en étant orienté dancefloor, avec "Eleven" de l’Allemand Porter – la rythmique efficace combinée au court sample bouclé risque bien de faire du dégât en club  – et "Future" de Walker, à l’ambiance hypnotique et à la bassline percutante. MJOG clôt le disque avec "Peace Is At Hand", un gros workout taillé pour faire bouger les foules, tout en restant mental avec des chords descendantes un peu trippy.

Les previews sont disponibles ici:

L'EP a été masterisé par DJ Steaw et sera distribué par Subwax. Inutile de vous dire qu’on a hâte ! Pour vous faire patienter un peu, nous avons posé quelques questions à Clément, le fondateur de Daydream :

Quels sont tes labels House préférés du moment ?

Je suis obligé d’évoquer 2 labels clés – Beste Modus et Rutilance, qui, à la découverte du vinyle, m’ont vraiment immergé dans cette nouvelle vague house, leurs disques valent clairement le détour. Mention spéciale à la famille Beste Modus très productive avec les sous labels Unison Wax et Beste Freunde qui se tournent vers une house aux influences techno qui me parle beaucoup. Dans cette nouvelle vague house made in Germany beaucoup d’excellents labels rejoignent l’esprit Beste Modus, je pense évidemment à Käse Kool et Certain Circles, dont les fondateurs respectifs, Walker et Martin Goldyn aka Porter, m’ont fait l’honneur de produire chacun un morceau pour la première sortie Daydream.

Récemment j’ai également acheté pas mal de disques de chez Organic Music, Taverna Tracks ou encore Elephant Moon, toutes leurs dernières sorties sont absolument géniales, ils sont tous très généreux sur la qualité et le rythme de parution de leurs disques.

Dans un registre plus micro je suis de très près ce qui se fait chez Rora, Social, MOi ou encore ce que proposent les divers sous labels de Yoyaku.
Je vais m’arrêter là sinon on en finit plus !

 Walker et Porter

Walker et Porter

Comment es-tu entré en contact avec les artistes du 1er EP Daydream ?

La magie de Facebook, un des quelques bons côtés des réseaux sociaux. Dans un tel genre musical, les artistes sont totalement accessibles, c’est une chance incroyable, j’ai osé les contacter, on a beaucoup parlé musique, développer des liens et je leur ai proposé de prendre part au projet. Je ne remercierai jamais assez Maxime, Martin et Walker d’avoir eu confiance en moi et d’avoir porté ce projet, j’espère pouvoir leur rendre honneur avec ce disque.

Est-il compliqué aujourd’hui de lancer son propre label vinyle ?

Quand on est un total inconnu comme moi c’est difficile de se faire entendre, et d’avoir une légitimité, surtout au début. Mais à force de patience et de persévérance, ce n’est clairement pas impossible, il faut évidemment y croire et être prêt à écrire beaucoup de mails ! 

J’ai eu la chance de rencontrer et de travailler avec des artistes adorables et vraiment pro et je pense que si l’on sert une musique de qualité le projet a toutes les chances d’aboutir, c’est comme ça que le disque a pu retenir l’attention d’un distributeur tel que Subwax, ça donne forcément beaucoup de confiance quant à l’avenir du label.

Quand il s’agit de vinyle l’aspect financier est logiquement plus important compte tenu de l’investissement, mais le support rend la sortie mémorable et la musique magique !

Comment décrirais-tu la philosophie de Daydream ?

C’est très simple je pense, le label cherche à participer à ce retour prolifique du disque et de la house de qualité avec une touche techno. Je ne cherche pas à inonder le marché, ni devenir le plus grand, mais purement et simplement mettre en avant une musique qui peut être à la fois intelligente et efficace. Si je me consacre au vinyle, c’est par amour du support et de tout ce qui gravite autour, mais aussi parce que cela offre forcément une particularité à la sortie, qu’il ne s’agisse pas de morceaux parmi des millions d’autres téléchargeables instantanément.

Pour l’orientation de la sélection, je ne me cache pas, Daydream se tourne clairement vers les dancefloors, mais je pense qu’il ne faut pas se réduire à cela, d’autant qu’une prochaine sortie se profile, et l’ambiance qui s’en dégagera sera légèrement plus posée, légèrement hein !

 Maxime Garnier aka MJOG

Maxime Garnier aka MJOG

Nous avons également eu le plaisir d'interviewer Maxime aka MJOG, qui a contribué 2 tracks au 1er EP Daydream :

Quelles sont tes influences musicales, House et non House ?

À propos des influences je ne dirais pas vraiment que j'en ai à proprement parler. Je n'aime pas me mettre dans une case même si c'est vrai qu'il y a des artistes que j'écoute beaucoup et qui doivent peut-être m'influencer inconsciemment. Des artistes tels que Lopaski, John Dimas, Baraso ou Nick Beringer entre autres.

Tu as récemment effectué des études en Angleterre sur la production musicale. Qu’est-ce que cela t’a apporté ?

Pour mes études en Angleterre, si c'était un choix à refaire je ne le referai peut-être pas. J'ai appris beaucoup de trucs techniques liés au mixage, mastering, l'environnement d'un studio mais le reste (la musique en soi) ça a été complètement autodidacte. Ils te vendent le truc pour devenir "un meilleur producteur" mais la musique est un art. Ta créativité ne va pas s'améliorer juste parce que tu suis des cours. Ça a été utile pour moi dans le sens ou du coup j'ai baigné dans le domaine de la musique un peu non-stop pendant deux ans mais je ne pense pas que ce soit ça qui m'ait aidé à développer ma musique et mon "son".

Peux-tu nous décrire rapidement ton process de production ?

Mon process de production est basé majoritairement sur du sample. Généralement je commence par les drums, c'est avec ça que je me sens plus à l'aise. Je fais une boucle de 8-16 bars et je cale des synthés qui me plaisent par-dessus. Après pour moi le plus dur c'est l'arrangement. Savoir où calmer le morceau, quand il faut intégrer le breakdown etc. Du coup c'est ma dernière étape avant le mixage.

Sinon pour le process de création je viens juste de m'acheter du matos analogique donc à voir si ça va changer mon processus de production : je pense que oui :)

Daydream 01

A1 MJOG - Be Forgotten
A2 Porter - Eleven
B1 Walker - Future
B2 MJOG - Peace Is At Hand

Vinyl Only, sortie prévue février 2017.

Liens précommandes: Decks, deejay, Redeye, Subwax


Le Vinyle Village est de retour !

Le Vinyle Village est de retour !

Top : 10 fantasmes de Bringueurs

Top : 10 fantasmes de Bringueurs

0