Le collectif DMBR pour un soundsystem collaboratif

Le collectif DMBR pour un soundsystem collaboratif

Des soirées dans le bois de Vincennes, cinq pour être précis. Cinq célébrations de la fête, grace à de la musique de qualité entre bons potes. C’est comme ça qu’on pourrait résumer le collectif Dans Ma Bulle Record. Aujourd’hui le collectif est à l’origine d’un des plus beaux projets qui soit : un soundsystem collaboratif entre collectifs et labels parisiens. Maxime, un des membres fondateurs du collectif nous raconte :

 Le collectif à l'oeuvre lors d'une DMBRave

Le collectif à l'oeuvre lors d'une DMBRave

Naissance du collectif

 

« Le DMBR à la base c'était une quinzaine de potes qui se connaissaient et se voyaient tout le temps. On s'est surtout connus grâce à cette putain d'envie de faire de la merde continuellement, s'éclater sans vraiment réfléchir. Très vite on s'est rendu compte que tout tournait autour de la musique. Mais ce qui passait avant tout quand on était au Weather alors que la moitié avait 16 ans, c'était qu'on y allait en famille et c'est plus ça qui rendait heureux tout le monde. Une bande de 16 potes qui se connaissent depuis 5 ans qui se baladent, font la teuf et pensent collectivement, c’est ça qui représente le mieux le DMBR.

L’idée du collectif a juste découlé de cette idées de famille et de réunion. Un jour, on s'est dit très simplement : on va faire une soirée pour la famille, avec la famille, ceux qui veulent viennent, avec leurs potes, et on envoie du gros son pour les faire kiffer. »

13754084_1720529901546621_1851358439356921366_n.jpg

Fêtes

« La question c’était : où la faire ? On ne se voyait pas payer une salle, tout d’abord parce que ça coûte beaucoup trop chère (on est étudiants), mais avant tout parce qu’on voulait être libre de faire tout ce qu’on voulait et d’inviter autant de personnes qu’on voulait. On voulait mettre nos tripes dans cette soirée.

J'étais avec Antoine (ndlr : autre membre fondateur) au mois de mai l'année dernière, qui me dit "bah gros t'as une voiture maintenant, il commence à faire chaud et d'ici un mois ça sera bon, pourquoi on poserait pas des enceintes au bois ?" L'idée était simple et parfaite. Pourquoi payer un endroit pour mettre de la musique alors qu’on ne dérangerait personne dans le bois ?

 

Un mois après on mettait ça en place. Evidemment, c’était pour la famille donc hors de question de faire payer une participation ! Et la fête était lancée. Et comme cette soirée-là a plu, on en a fait une deuxième, puis une troisième. On avait vraiment trouvé LE spot idéal. A la base c’était juste un squat à clodos, mais on a appris par le suite que c’est carrément un lieu historique, une tour d’artillerie en ruine qui a servi pendant la commune! On a donc remis tout le lieu en état pour accueillir l’équipe comme il se doit, et maintenant on en prend soin. On a donc fait 3 soirées dans l'été, alors qu'à la base on voulait en faire qu'une avec les potes. La troisième a fait parlé d'elle et on nous en a redemandé.»

 

13690847_1720530798213198_1292121303491166173_n.jpg

« Après un an d'attente, début de l’été dernier, on en a fait une qui devait être notre dernière. Notre au revoir à ce lieu qu’on aimait vraiment. Au programme ? Gros bordel, grosse soirée, grosse famille. Très grosse famille même. On a eu bien plus de monde qu’on en avait jamais eu. C’était incroyable. Mais aucuns soucis, des gens cool, on leurs donnait de l'eau et ils souriaient à la musique et au lever du soleil dans le bois.

On s’est rendu compte qu’on allait devoir changer de lieu si on voulait continuer, pour pouvoir être discret et pour le préserver, pour la bonne raison que de plus en plus de monde participe à nos soirées ! »

Crowdfunding

« Sauf qu'on peut plus assumer financièrement, 5 soirées à environ 800-900 euros c'est plus possible. Le seul moyen de continuer nos soirées gratuites c’est de demander aux gens qui viennent à nos soirées de nous aider. Et le moyen d’atteindre le plus de personne était le crowdfunding. Notre objectif ? Construire notre propre soundsystem pour plus être dépendant des locations et ainsi réduire considérablement nos frais.

On propose aux autres collectifs de s'associer avec nous, on a pas besoin d’un soundsystem 365 jours par an ! Pourquoi construire le notre ? pourquoi ne pas en construire un à plusieurs pour que tout le monde puisse l’utiliser ?

Comment bénéficier du soundsystem ? En participant au crowdfunding à minima de 10% de la somme totale, soit 350€. Après ça, les enceintes appartiennent tant à DMBR qu’aux collectifs qui ont participé, on le partage en fonction des envies de chacun. Tout cela est régi par des contrats de bonne utilisation du matos, mais pas de prise de tête, on est juste là pour kiffer et faire kiffer. »

13697070_1720530874879857_8147367266110223182_n.jpg

Projet

Pour 350€, vous pourriez avoir accès à un soundsystem de 3000 Watts. Du matériel de qualité pour organiser aussi bien une soirée dans une warehouse que dans ton ancien bahut.

Le prix d’une location avoisinant le même prix, le calcul des bénéfices est facile à faire.

L’appel aux collectifs de la région parisienne est donc clair : face à la trop répandue monétisation des soirées, et face aux prix de location trop chers, investir dans ce soundsystem contribue à poser sa pierre à l’édifice.

Les soirées gratuites signent le retour à l’essence même de la fête.

Les collectifs ne sont pas les seuls invités à participer à la collecte ! Chaque fêtard qui souhaite investir dans ce projet est le bienvenu à entrer dans la famille. Car le moindre euro compte, et ces gens là sauront vous le rendre x1000 ;) !

Pour participer au crowdfunding, c'est ici que ça se passe

13754497_1720529751546636_2469418653895034697_n.jpg

 LILLE : L’OPEX invite Bambounou

LILLE : L’OPEX invite Bambounou

FOCUS: 90bis Records, l'esprit Rave entre potes

FOCUS: 90bis Records, l'esprit Rave entre potes

0